Hypertension artérielle | Veganuary

Hypertension artérielle

En France, environ un adulte sur trois souffre d’hypertension artérielle. De nombreuses études suggèrent que les végétariens, et les vegan en particulier, ont une tension artérielle inférieure à celle des personnes qui mangent de la viande.

Hypertension artérielle
Unsplash

L’hypertension artérielle est un facteur de risque important des maladies cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux et de l’insuffisance rénale. Tout comme le diabète, elle est souvent qualifiée de « bombe à retardement ». Dans une étude de l’Organisation mondiale de la santé sur la charge mondiale de morbidité (Global Burden of Disease 2010), l’hypertension a été identifiée comme étant le principal facteur de risque mondial de décès et d’années de vie corrigées de l’incapacité (AVCI, ou DALY en anglais).

« Les études réalisées jusqu’à maintenant suggèrent que le principal impact positif d’une alimentation végétarienne est sur la santé cardiovasculaire. Plusieurs études d’observation ont en effet montré que le végétarisme est associé à une diminution de plusieurs facteurs de risque de ces maladies, notamment l’hypertension, le cholestérol total et le cholestérol LDL, les taux de triglycérides, la glycémie à jeun ainsi que le risque de diabète.

Une alimentation végétarienne est également associée à un indice de masse corporelle (IMC) plus faible et un risque réduit de syndrome métabolique, deux autres importants facteurs de risque. Il n’est donc pas étonnant que ces effets se traduisent par une diminution du risque d’événements cardiovasculaires. »

(L’Observatoire de la prévention de l’Institut de cardiologie de Montréal)

Dans un article de 2017, des chercheurs examinent des données sur l’alimentation végétale et la gestion de l’hypertension. Ils concluent:

« que suivre une alimentation principalement ou exclusivement végétale semble avisé pour la prévention et le traitement de l’hypertension. »

En mars 2018, le Journal of Clinical Cardiology a publié les résultats d’un essai où des patients devaient suivre une alimentation sans aucun produit d’origine animale pendant quatre semaines. Une baisse significative de leur pression artérielle, ainsi qu’une baisse de leur taux de cholestérol et d’autres marqueurs de maladies cardiovasculaires ont été observées.

En 2014, une métaanalyse publiée dans le Journal of the American Medical Association a montré que « suivre une alimentation végétarienne est associée à une tension artérielle plus basse. Ce type d’alimentation pourrait s’avérer utile afin de réduire la tension artérielle de façon non pharmacologique ». (Une méta-analyse utilise une approche statistique qui permet de combiner les résultats de plusieurs études).

En 2012, une étude transversale publiée dans Public Health Nutrition a comparé la tension artérielle de non-végétariens, de flexitariens, de pesco-végétariens et de vegan. Les résultats de cette étude suggèrent que les vegan ont le risque d’hypertension le plus faible. Ils indiquent également que pour chaque étape de réduction de la consommation de produits d’origine animale (de non-végétarien jusqu’à vegan) le risque d’hypertension diminue.

En novembre 2016, l’Académie de nutrition et de diététique américaine, la plus grande association de nutritionnistes au monde, a publié sa position au sujet des alimentations végétariennes. Elle conclut :

« La position de l’Académie de nutrition et de diététique est que l’alimentation végétarienne bien planifiée, y compris végétalienne, est saine, adéquate sur le plan nutritionnel et peut être bénéfique pour la prévention et le traitement de certaines maladies.

Cette alimentation est appropriée à toutes les périodes de la vie, notamment la grossesse, l’allaitement, la petite enfance, l’enfance, l’adolescence, le troisième âge, et pour les sportifs. Les alimentations végétales sont plus durables pour l’environnement que l’alimentation riche en produits animaux, car elles utilisent moins de ressources naturelles et ont un impact bien moindre sur l’environnement.

Les végétariens et les végétaliens sont moins susceptibles de souffrir de certaines maladies, y compris les cardiopathies ischémiques, le diabète de type 2, l’hypertension, certains types de cancer et l’obésité.

Un apport faible en graisses saturées et une consommation élevée de légumes, fruits, céréales complètes, légumineuses, produits à base de soja, noix et graines (tous riches en fibres et en phytonutriments) caractérisent l’alimentation végétarienne et végétalienne qui entraînent des taux inférieurs de cholestérol total et de cholestérol LDL et un meilleur contrôle de la glycémie.

Ces facteurs contribuent à la réduction des maladies chroniques. Les végétaliens ont besoin de sources fiables de vitamine B12, comme les aliments enrichis ou les compléments. »

Relevez le défi Veganuary !

Veganuary, le plus grand mouvement vegan au monde, encourage les gens à manger vegan pendant le mois de janvier et tout le reste de l’année.